dimanche 22 mai 2016

Les photographes de l’extrême, ces professionnels qui n’ont pas froid aux yeux

Ce sont des professionnels de la photographie qui défient le danger pour faire des photos extraordinaires et époustouflantes destinées aux adeptes de la sensation forte. Les zones et les points de vue les plus inaccessibles constituent les endroits de prédilection de ces photographes dont le feeling s’avère assez particulier.



Les photographes de l’extrême face à leur passion

Les sports extrêmes se regroupent dans trois catégories distinctes :
- Les sports aériens : le parapente, le parachutisme ou le saut à ski …
- Les sports terrestres : l’alpinisme, le roller agressif ou l’escalade acrobatique …
- Les sports aquatiques : le plongeon de très haut vol, l’apnée, le surf, le kayak freestyle…

Ce sont autant de disciplines qui favorisent de fortes poussées d’adrénaline souvent complexes et dangereuses. Il faut de l’audace et un réel talent pour faire ce genre de photos. L’endurance est également une autre qualité dont le photographe doit disposer s’il veut

exceller dans ce domaine et obtenir des photos hors du commun.

 Non seulement, il doit être capable de suivre le rythme de la personne qui s’adonne au sport extrême et dont il doit prendre les prouesses en photo, mais il doit aussi veiller à en saisir les moments les plus intenses contrairement des photos en studio auquel on prend la pose pour trouver le meilleure cliché. Ce qui n’est pas chose facile. Autant plus qu’il a également des matériels à emporter.

Les endroits parfois les plus inaccessibles pour faire des photos spectaculaires


Les endroits les plus incongrus pour pratiquer ce genre de sport sont nombreux et on en trouveà travers les continents. Ainsi, le shooting des shore break s’avère un événement de taille. L’éclatement de vagues très puissantes près du rivage constitue un cliché tout simplement inouï qui fait toujours la joie des amateurs de sensations fortes.


Les sports de glisse ne sont également pas en reste. Les freeriders en ski rivalisent d’exploit pour témoigner de leur passion pour ce genre de sport et montrer à quel point ils aiment ça. Certains photographes à l’instar de Juan Mayer se spécialisent pour la chute libre, quitte à faire des dizaines de saut en une journée pour faire une prise de vue de sa nombreuse clientèle.

Des reporters pour les grands magazines ou autres rubriques spécialisées comme Olivier Grunewald, se lancent dans des reportages photos pour faire une prise de vue des faits les plus fascinants qui soient, tels que l’éruption d’un volcan par exemple. Une bonne dose d’adrénaline en perspective.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire